•  

      cab.jpg

     

     Après avoir passé le cap de l’USM Blida, le Mouloudia d’Alger et la JS Kabylie, le CA Batna espère enchaîner avec un autre succès et du coup, marquer l’histoire en remportant sa première Coupe d’Alger et surtout, son premier titre national.Pour l’information, les partenaires de Salim Aribi disputent leur deuxième finale en Coupe d’Algérie après avoir déjà animé celle de l’édition de 1997 qu’ils avaient perdue devant l’USM Alger par le score d’un but à zéro (but de Tarek Ghoul). Toujours est-il que les hommes de Mustapha Biskri sont déterminés, cette fois à jouer leurs chances à fond, même si la mission ne s’annonce pas de tout repos devant une équipe sétifienne qui part -sur papier- favorite pour remporter le trophée.En tout cas, du côté de la capitale des Aurès, le rêve est permis. «Nous comptons jouer à fond nos chances et on fera tout pour gagner cette Coupe», a dit le jeune attaquant Bensaci. Et d’ajouter: Certes, cette finale s’annonce très difficile contre une équipe qui n’est plus à présenter, cependant, nous avons nous aussi des atouts à faire valoir lors de cette rencontre. Et puis, si nous avons réussi à éliminer le MCA et la JSK, je pense qu’on pourra refaire notre coup contre l’Entente. Tout ce que je peux vous dire, c’est que nous allons faire de notre mieux afin de repartir avec le trophée et donner de la joie à nos supporters.»Des propos fortement appuyés par tous les autres joueurs qui y croient dur comme fer en cette Coupe d’Algérie, qui selon eux, sera en rouge et bleu dans la soirée de samedi.

     

    Source: L'Expression.

     

     

    Rencontre retransmise sur Canal Algérie canalà 16 heures

    ( 17 heures à Paris).

     

     


    votre commentaire
  • CAB Ecusson

     

     

    La «Charmante» Dame a finalement jeté son dévolu sur les Rouge et Bleu de Batna pour animer la finale le 1er mai au stade du 5-Juillet.

     

    A l’exception des buts qui étaient les plus grands absents au cours de cette confrontation décisive, tout le reste était de la partie à commencer par le grand engagement physique et la suspense jusqu’au bout.


    D’ailleurs, tout s’est joué lors de la séance fatidique des tirs au but où les Batnéens du CAB ont eu le dernier mot grâce à l’arrêt décisif du gardien remplaçant Aouiti qui a pris la place de son partenaire Baâbouche à une minute de la fin des prolongations.


    A noter que les Canaris ont fait l’essentiel du jeu durant les 90 minutes et même, durant les prolongations en s’offrant le luxe de rater pas moins de 3 occasions nettes notamment, lors du deuxième half où les Tedjar (68’) et Hamiti (84’) ont failli surprendre la vigilance de l’irréprochable Baâbouche auteur de plusieurs interventions décisives contrairement à son homologue de la JSK, qui a vraiment passé un match très calme après la domination presque territoriale des Canaris. En effet, les joueurs batnéens se sont uniquement contentés de répliquer par des contres visiblement très timides qui n’ont aucunement pas inquiété les Kabyles. Et comme ont dit souvent «dominer n’est pas gagner», les attaquants de Geiger ne doivent s’en prendre qu’à eux-mêmes après tous ces ratages lamentables. Le malheur, est que cette Coupe d’Algérie était l’un des objectifs fixés par la direction du président Hannachi avec la Ligue des champions d’Afrique et une éventuelle place sur le podium en championnat national.


    Désormais, l’épreuve populaire fait partie des mauvais souvenirs des Kabyles après cette élimination amère en demi-finale. Une chose est certaine, la grande désillusion sera de mise dans le camp de la JSK connaissant l’importance de cette Coupe d’Algérie pour tous les Canaris.


    Par contre, l’aventure se poursuit pour les gars des Aurès qui vont ainsi, disputer leur deuxième finale après la première déjà perdue en 1997 face à l’USM Alger sur la pelouse du 5-Juillet.
    Le CA Batna jouera la deuxième finale de son histoire face au vainqueur du match ES Sétif-ASO Chlef qui se jouera ce soir au stade du 8-Mai 1945.


    Une aubaine pour tous les joueurs cabistes qui n’ont jamais disputé une finale à l’exception du duo Arribi-Benhassan qui a déjà goûté aux saveurs de cette consécration sous les couleurs de l’USM Alger.

     

    Source :L'Expression.

     

     

    Comme la rencontre est entre Chaouis et Kabyles;le commentaire est en berbère.

     


    3 commentaires

  • Trois jours après avoir terrassé en quarts de finale le favori numéro un pour le titre, l’équipe de la Côte-d’Ivoire, constellée de stars du football mondial
    , dont la plupart évoluent dans les grands clubs européens à l’instar de Chelsea, Barcelone et Manchester City, l’Algérie a un nouveau défi à relever en demi- finale de la Coupe d’Afrique des nations.

    L’Égypte, double tenant du titre, se dresse de nouveau sur la route des Verts dans ce que les spécialistes appellent déjà la finale avant la lettre. Un rendez-vous explosif qui revêt un cachet bien spécial eu égard à la grande rivalité qui anime les deux pays, surtout depuis que l’Algérie a éliminé l’Égypte de la course au Mondial 2010. Une explication de haute facture placée sous le sceau pour les uns de la confirmation et de la revanche pour les autres. En effet, si les Algériens ont là une belle occasion de prouver, si besoin est, que leur qualification au Mondial sud-africain n’est guère un accident de parcours, comme tentent du reste de le faire croire ces mauvais perdants d’Égyptiens, en revanche, pour les Pharaons laminés un certain 18 novembre dans la bataille de Khartoum, l’aubaine est trop belle pour “se venger”. D’ailleurs depuis leur qualification aux dépens du Cameroun, les Égyptiens sont sous pression. Ils savent très bien qu’un autre échec contre l’Algérie plongera inéluctablement le football local dans une crise latente. Ceci au moment où les Algériens, déjà mondialistes, ont réalisé un excellent parcours en atteignant le carré d’as de la compétition. C’est dire que la pression est du côté égyptien. La peur aussi. Les Verts ont-ils les moyens pour autant de sortir vainqueurs de ce quatrième rendez-vous algéro-égyptien en l’espace d’une seule année ?

    Assurément oui ! La bonne prestation contre la Côte-d’Ivoire et le niveau de jeu développé par les coéquipiers de Yebda ont émerveillé tout le monde. D’aucuns estiment désormais que l’Algérie est le favori en puissance pour le sacre final. L’un des buteurs contre les Ivoiriens, Karim Matmour, élu meilleur joueur du match, est d’ailleurs convaincu que “si nous jouons notre football, l’Égypte aura du mal à nous arrêter”. Pour battre les Égyptiens, il faudra donc refaire au moins le même match que contre la Côte-d’Ivoire. Est- ce possible ? Là aussi, les observateurs disent oui car le niveau de l’EN monte crescendo depuis le début du tournoi.

    En fait, les Algériens n’ont jamais été dans d’aussi bonnes conditions de préparation. Que cela soit sur le plan psychologique ou sur le plan physique, les Guerriers du Sahara sont d’attaque. Il n’y a qu’à voir l’ambiance des Verts à l’entraînement hier et avant-hier à Benguela pour se rendre compte que ce groupe formidable a les moyens de trôner sur le toit de l’Afrique. “C’est une bande de copains qui prend du plaisir à vivre ensemble, à travailler ensemble et dont la solidarité fait la force”, confie l’auteur du but de la victoire contre la Côte-d’Ivoire, Hameur Bouazza, à l’issue de l’entraînement de mardi dernier dans la banlieue de Lobito. C’est un groupe qui a sans cesse la rage de vaincre, surtout quand il s’agit d’un adversaire qui a tenté à travers des moyens extrasportifs d’arracher le fameux sésame pour le Mondial. “Nous connaissons l’Égypte et l’Égypte nous connaît, c’est un livre ouvert pour les deux équipes, la différence se fera sur de petits détails”, dira le coach Saâdane qui ne cache plus son rêve de mener l’Algérie en finale de la CAN, 20 ans après le dernier sacre à Alger. Quels détails ? “Eviter de commettre des erreurs, garder la tête froide tout au long du match”, par exemple dira-t-il laconiquement, mais Saâdane veut surtout dire en filigrane qu’il faut rester humbles et aborder cette demi-finale avec le même état d’esprit que celui des quarts, c’est-à-dire en conquérants. Pas question d’avoir la grosse tête ! Pour ce faire, Saâdane a l’intention de reconduire, sauf blessure, la même équipe qui a triomphé dimanche dernier à Cabinda. Le 3-5-2, une formule tactique qui réussit à l’Algérie, sera reconduit avec le trio Bougherra-Halliche-Yahia en défense. Cinq au milieu, à savoir Belhadj, Yebda, Ziani, Mansouri et Meghni et deux flèches en attaque, en l’occurrence le duo Matmour-Ghezzal. Les Verts n’ont pas encore dit leur dernier mot !

    Source:Liberté
    dilem al


    Pour ceux qui ne peuvent voir le match sur Orange;il y a une solultion:le net.
    www.nkora.net
    http://www.ustream.tv/discovery/live/sports

    3 commentaires
  • L’Algérie est en demi-finale de la Coupe d’Afrique des nations. Avec panache. Aux dépens d’une des meilleures formations dans le continent, la Côte- d’Ivoire, le favori numéro un pour le sacre final avant le raid algérien.

    Hier sur le lac-pelouse du stade de Chiazi de Cabinda, les Verts ont sans doute fourni la meilleure prestation depuis l’avènement de cette équipe fabuleuse qui a déjà mené l’Algérie au Mondial et qui hisse aujourd’hui le pays dans le carré d’as de l’Afrique. Depuis 1990, jamais les Verts n’avaient atteint un tel stade de compétition et jamais, ils n’ont été aussi proches d’une seconde consécration sur le plan continental.

    Cette équipe a fini par montrer de quoi elle était capable avec un rythme qui est monté en puissance au fil de la compétition et un jeu qui a montré ses meilleures facettes lors de ce quart de finale contre les Ivoiriens. Une confrontation d’un niveau mondial qui restera sans doute dans les annales du football algérien. Quand l’éditorialiste de Liberté Foot écrivait, il n’y a pas si longtemps, que ce groupe était la digne relève de la jeunesse dorée du Mondial espagnol en 1982, il ne croyait pas si bien dire. Assurément, la bande à Saâdane a franchi hier un cap, celui qui mène au haut niveau, et qui donne déjà un avant- goût de ce que peut faire cette équipe dans un avenir très proche dans le concert des meilleures nations du football. En tout, hier l’Algérie a montré non seulement qu’elle mérite d’aller au Mondial 2010, mais elle peut aspirer légitimement à une place de leader dans le continent. Le groupe des Verts a grandi, il a mûri et la Côte-d’Ivoire ne s’attendait certainement pas à un tel sursaut d’orgueil à un moment où elle était menée au score. Par deux fois, les camarades de l’excellent Meghni ont montré qu’ils sont forts de caractère, qu’ils n’abdiquent jamais devant l’adversaire. C’est dans l’adversité que cette formation se transcende. Ce fut le cas en Égypte, contre le Mali lors du premier tour et hier encore, toujours avec le même panache. Avec des joueurs de la trempe de Ziani, Yebda, Matmour ou encore Halliche et Bougherra pour ne citer que ceux-là, l’Algérie peut faire très mal dans cette CAN. Désormais, elle n’a pas d’autre choix que viser le titre. Elle en a les moyens et le coach Halidhodzic est le premier à le reconnaître à la fin de la partie, lui qui a reconnu que l’Algérie s’était plus appliquée sur le terrain et plus disciplinée.

    En effet, avec son système tactique favori en 3-5-2 , Saâdane a su piéger les Ivoiriens. Il les a poussés à la faute en refusant de subir le jeu. Hier avec deux animateurs de jeu, Ziani et Meghni et deux récupérateurs infatigables, les Algériens ont maîtrisé le jeu. Ils ont donné une véritable leçon de football et d’humilité à ces Ivoiriens qui croyaient peut-être avoir gagné le match avant de l’avoir même joué, en témoignent les déclarations prétentieuses de Kalou vendredi dernier. Il ne serait d’ailleurs pas faux de dire aussi que l’Algérie aurait pu gagner par un score encore plus lourd n’étaient les nombreuses occasions ratées, notamment en fin de match.

    Cap maintenant sur les demi- finales, avec cette éventualité de retrouver une vieille connaissance, l’Égypte en l’occurrence. À la bonne heure, serions-nous tentés de dire car l’Algérie n’a jamais été aussi prête, aussi armée pour un quatrième match contre les Égyptiens. Vivement !

    Source:Liberté

    dilem foot


    5 commentaires
  • Après avoir passé le cap du premier tour, l’équipe nationale de football va tenter aujourd’hui à partir de 20h30 au stade de Cabinda d’arracher une place dans le carré d’as en se qualifiant en demi-finales de la CAN aux dépens de la Côte-d’Ivoire.

    Cette confrontation difficile pour les deux équipes est considérée comme une finale avant la lettre. À ce titre, le coach de la Côte-d’Ivoire considère que son équipe joue gros dans cette rencontre et estime que l’équipe algérienne est “forcément forte, elle qui s’est qualifiée au Mondial aux dépens de l’Égypte et qui a bien réagi face au Mali et à l’Angola”. De son côté, le coach Saâdane assure que son équipe jouera sans complexe et entrera sur la pelouse pour gagner. “Nous avons un défi à relever et un prestige à défendre.”

    En effet, si jusqu'à maintenant les citriques lui reprochaient une certaine prudence dans le jeu et un manque de moyens de percussion en attaque, le coach Rabah Saâdane risque de surprendre tout le monde à l’occasion de ce quart de finale explosif contre la Côte-d’Ivoire. Se départant donc de sa méfiance tactique habituelle, Saâdane se lance dans la bataille contre les Ivoiriens en conquérants. Alors, le coach algérien place deux attaquants en pointe de son attaque avec le duo Ghezzal-Matmour. C’est la première fois que les joueurs sont associés en attaque, surtout depuis que Matmour demande à jouer un peu plus haut comme il le fait si bien dans son club, à Mönchengladbach. Ce tandem de choc sera chargé de fixer la défense ivoirienne et de l’empêcher de monter plus haut comme elle l’a si bien fait contre le Ghana. Du coup, sur le flanc droit, Meghni s’occupera de l’animation en compagnie de Yebda, alors que Mansouri et Ziani occuperont le flanc gauche, aidés du reste par le virevoltant Belhadj. En conséquence, Saâdane revient à une défense à trois où les chances de retrouver Antar Yahia, pour la première fois depuis le début de la CAN, sont grandes en compagnie de Halliche et de Bougherra, décalé à droite. Soit le même plan concocté contre l’Égypte au Caire avec deux changements notables par rapport à la rencontre du 14 novembre dernier avec Yebda et Ghezzal à la place de Lemouchia et Saïfi. Saâdane a demandé à son milieu de terrain de dresser un premier rideau empêchant Koné, notamment, de jouer en profondeur ; Halliche et Bougherra doivent surveiller de près Drogba et Gervinho, deux forces de frappe de l’équipe ivoirienne.

    Les Algériens, c’est connu, c’est dans l’adversité qu’ils se rebiffent et encore plus quand ils sont sous-estimés par leurs adversaires. Vendredi soir, les camarades de Mansouri ont affiché une confiance mesurée, mais certaine.

    À l’issue de l’entraînement vers 21h, ils donnaient même l’impression de vouloir rapidement en découdre. Un gars comme Meghni, qui fera peut-être aujourd’hui son baptême du feu dans cette CAN, confie que “les stars ivoiriennes ne font nullement peur ; bien au contraire, elles nous motivent à nous transcender”. “Je suis sûr, dit-il, que si nous parvenons à jouer notre jeu, nous allons nous imposer.” Il faut dire que les déclarations de Saloman Kalou (Chelsea) n’ont pas été appréciées par les joueurs algériens et lui promettent une réponse sur le terrain. En effet, Kalou a indiqué que sur le plan de la valeur individuelle, la Côte-d’Ivoire est supérieure à l’Algérie, ce qui du reste certes valable pour des joueurs comme Drogba ou Touré, mais de là à généraliser, c’est un peu prétentieux. Des éléments comme Ziani, Meghni, Halliche, Bougherra ou encore Yebda et Matmour ont largement le niveau mondial et n’ont rien, absolument rien à envier aux Koné, Gervinho, et autres Keïta. Cependant, à l’issue de l’entraînement, les joueurs interrogés par l’envoyé spécial de Liberté n’ont pas voulu répondre à l’attaquant de Chelsea. “Nous lui réservons une réponse sur le terrain. Ce qui est sûr, nous allons leur mener la vie dure”, nous dira l’un des attaquants des verts laconiquement.


    Source: Liberté

    Comme Orange a raflé la mise pour la retransmission de la Coupe d'Afrique des Nations.Il vous est possible d'aller sur ce site
    www.nkora.net pour voir les matchs.


    6 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique