• Ravages de l'indifférence

    La solitude ça n'existe pas
    La solitude ça n'existe pas
    La solitude ça n'existe pas
    La solitude ça n'existe pas

    Chez moi il n'y a plus que moi
    Et pourtant ça ne me fait pas peur
    La radio, la télé sont là
    Pour me donner le temps et l'heure
    J'ai ma chaise au Café du Nord
    J'ai mes compagnons de flipper
    Et quand il fait trop froid dehors
    Je vais chez les petites sœurs des cœurs

    La solitude ça n'existe pas
    La solitude ça n'existe pas

    Peut-être encore pour quelques loups
    Quelques malheureux sangliers
    Quelques baladins, quelques fous
    Quelques poètes démodés
    Il y a toujours quelqu'un pour quelqu'un
    Il y a toujours une société
    Non, ce n'est pas fait pour les chiens
    Le Club Méditerranée

    La solitude ça n'existe pas
    La solitude ça n'existe pas

    Tu te trompes, petite fille
    Si tu me crois désespéré
    Ma nature a horreur du vide
    L'univers t'a remplacée
    Si je veux, je peux m'en aller
    A Hawaii, à Woodstock ou ailleurs
    Et y retrouver des milliers
    Qui chantent pour avoir moins peur

    La solitude ça n'existe pas
    La solitude ça n'existe pas
    La solitude ça n'existe pas
    La solitude ça n'existe pas



    Impensable, incroyable, incompréhensible... on ne sait plus comment qualifier l'événement qui a marqué la vie du quartier du Sierroz à Aix-les-Bains, mercredi dernier. Un homme d'environ 70 ans a été découvert mort à son domicile, au 14e et dernier étage de la tour HLM L'Artimon. Un décès naturel selon les éléments d'investigation, mais un décès qui remonterait à plusieurs années !
    Voilà un cas qui soulève une foule de questions. Comment aucune administration, fiscale ou autres, n'a-t-elle pu s'inquiéter de son silence ? Le fait qu'aucun retrait ne survienne sur son compte bancaire pendant cette période n'était-il pas de nature à éveiller les doutes ? Le remplissage volumineux de la boîte aux lettres ? Et le voisinage ?

    Tout le monde le croyait parti

    Dans ce quartier populaire, l'affaire surprend forcément. Le "comment est-ce possible" court sur nombre de lèvres. En même temps, on s'accorde sur la discrétion de cet homme que l'on voyait souvent en habit de pêche ou de chasse. "Il disait bonjour, mais on ne le voyait pas beaucoup et il parlait peu", raconte un habitant.

    Vivant seul, sans aucune famille proche dans la région, ce monsieur âgé a fini par ne plus être remarqué. "Vous savez ici, il y a quasiment un déménagement tous les jours, ça vient ça part, on croyait qu'il était parti", avance un autre riverain.
    Son voisin de palier, M. Nicolas, n'en revient pas de ce dénouement, lui qui se rappelle très bien de la dernière fois où il l'a vu : "Il y a à peu près quatre ans, nous étions tous les deux dans l'ascenseur, il m'a dit «je l'ai perdue» ; il parlait de sa chienne qui venait de mourir. Et puis je ne l'ai plus revu ; j'ai alors pensé qu'il était parti dans sa famille, d'autant que nous n'avons jamais subi de gêne olfactive qui aurait pu nous alerter."

    Avec le prélèvement automatique, tout semble normal

    Ce supposé départ, bon nombre de voisins l'ont effectivement imaginé. Il aurait même signalé à une personne sa volonté de séjourner chez une amie dans le Sud de la France. Pas de quoi s'inquiéter. Toutefois, c'était avant de voir le courrier à son nom, s'amonceler dans et au-dehors de sa boîte aux lettres, il y a environ deux ans.

    La gardienne du groupe d'immeubles aurait alors fait part de son étonnement à l'office HLM. Mais, le locataire payant ses loyers - il était en prélèvement automatique - et il faut croire d'autres factures, tout semblait normal. Jusqu'à ce qu'enfin, un serrurier soit mandaté pour ouvrir la porte du domicile, en présence des forces de police. Dans un commerce du coin, la nouvelle a forcément été commentée, avec amertume : "C'est une histoire de fou; si l'on relève le compteur d'eau ou si l'on se penche sur la consommation d'électricité, on voit rapidement que quelque chose cloche." Il y a comme un malaise. "Décéder comme cela, dans l'indifférence la plus totale, ce n'est pas humain."

    « Manu ChaoHumeur du jour »

  • Commentaires

    1
    Dimanche 1er Mars 2009 à 21:30
    mouais, s'il avait été en découvert, ils auraient tout fait pour le contacter ...c'est lamentable mais aussi chagrinant car ce petit monsieur a peut être eu besoin d'aide ...
    2
    Mercredi 16 Janvier 2013 à 16:50
    Renee
    je suis remontée dans le temps bon sang tu blogge depuis 2008 sur OB ça fait un baille...
    Oui c'est intolérable cette indifférence je ne le sais d'autant plus que mon frère c'est suicider chez lui......Le service d'hygienne est venu après plainte des autres locataire suite à l'odeur!!!!!!! C'est horrible je sais (j'étais au Kenya à l'époque et maman n'osait plus allés chez lui car il ne voulait absolument pas ils se voyait à l'extérieur..) alors comment eux n'ont pas senti c'est impossible carrément.............Mon Dieu comment cela est-il possible...
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :